Amérique du Sud Destinations Equateur Non classé

TREK VERS LA LAGUNE DU QUILOTOA

Par
le
28 novembre 2018

Le trek qui devait nous amener en 3 jours à la lagune du Quilotoa, a été notre premier vrai trek. L’avantage de celui ci, un niveau de difficulté abordable et la possibilité de dormir le soir dans des auberges.

Latacunga, point de départ du trek

En revenant de Mindo nous sommes rapidement repasser (encore une fois) par Quito pour prendre un bus en direction de Latacunga, petite ville à 2h au Sud de la capitale. Là-bas on trouve une multitude d’agences qui vous propose de découvrir la lagune à la journée, ou encore en gravir le Cotopaxi. Pour nous pas d’agence, car nous partons sac sur le dos et à pied, pour 3 jour avant de découvrir le volcan du Quilotoa.

J’y vais ou j’y vais pas ?

Ceux qui me connaissent savent que le sport et moi ça fait deux (même si maintenant ça a un peu changer), alors partir 3 jours avec un sac pour monter sur un volcan me faisait plus peur qu’autre chose. Je me suis longtemps demandé si j’allais être capable d’y arriver, mais motivée par les photos du trek et par Charles j’ai fini par me lancer ! Si vous vous posez des questions arrêtez tout et foncer, le trek n’est pas très difficile même si il demande un peu d’effort pour monter tout le monde peut le faire 😉

Préparation et orientation

Comme ce trek a le gros avantage de donner la possibilité de dormir et de manger les deux soirs, pas besoin de partir avec du matériel et donc de s’alourdir ! Nous avions juste de quoi nous changer et des petits gâteaux pour la journée.

Pour l’orientation on recommande 1000 fois de télécharger Mapps.me qui permet d’avoir des cartes hors connexion, l’application connaît le trajet, et en cas de doute les locaux pourront vous aider. De plus, depuis quelque temps une auberge à baliser tout le parcours, du coup il n’y a qu’à suivre les panneaux !

Jour 1 : Sigchos-Insilivi

Après une bonne nuit de repos (enfin pour Charles car moi j’ai été malade dans la nuit), nous sommes montée dans le bus pour Sigchos ville de départ du trek. En arrivant à la gare de bus on nous dit qu’il n’y a pas de départ avant 9h30 … tant pis nous commencerons un peu en retard !

Arrivé à Sigchos sous le soleil, et après avoir pu jeter un coup d’œil au Cotopaxi nous voilà en route.

Une grande partie de la journée alterne descente et plat, et se fait sans aucun problème. Puis il est l’heure de monter, je ronchonne déjà à l’idée de devoir grimper sur le prochain kilomètre (si je savais où je serais un mois plus tard), mais Charles prend ça avec le sourire et me motive. On passe par des jardins, et des locaux nous confirme le chemin en nous encourageant. Une fois la montée derrière nous et le sourire à nouveau sur mon visage, nous ne sommes plus très loin de la bière ! Un âne essaiera de nous attaquer en chemin, mais quelques feuilles nous donneront son autorisation de passage 😉

On arrive un peu fatigué mais super heureux de cette première journée, au très connu Lulu Lama, une auberge magnifique avec lits confortables, eau brûlante et repas de fou ! Une fois les lasagnes maison englouties, on part se coucher de bonne heure pour attaquer la deuxième journée.

Jour 2 : Insilivi-Chugchillan

Notre premier lama !

Après un petit dej de champion nous voilà à nouveau sac sur le dos près à partir. La deuxième journée commence encore par de la descente, un peu plus raide et boueuse que la veille, mais sans grande difficulté. Après on marche joyeusement au milieu d’une forêt d’eucalyptus, on longe une rivière, le temps passe vite et ouf la météo est avec nous ! Puis il est à nouveau temps de grimper, c’est moins long que la veille mais plus raide, on fait ça par étape et en 30 minutes nous voilà tout en sueur au mirador. On demande à un monsieur combien de temps nous sépare du village et de notre lit, et il nous répond que c’est à 40 minutes et complètement plat. 40 minutes plus tard nous comprenons que clairement on ne marche pas à vitesse équatorienne, et que plat veut dire légère montée ˆˆ arrivé à l’hôtel Charles va nous acheter une bière et revient avec un morceau de fromage de la ferme d’à côté ! Un régal qui nous aura fait attendre le repas sans problème 😉

Donner des bonbons aux enfants …

Pendant la montée nous avons croisé des enfants qui nous ont demandés de l’argent ou des gâteaux, en pensant faire plaisir on a en fait fait tout l’inverse ! Il y avait un gâteau en plus qu’on a donné au plus petit, mais les autres n’étaient pas d’accord une « bagarre » a éclaté, on a essayé de leur dire de partager mais il ne voulait absolument pas … après que la situation se soit calmée on a reprit notre chemin. On a su par la suite que donner de l’argent ou des bonbons aux enfants, les incites en réalité à ne pas aller à l’école, et qu’il plus judicieux si on le veut de donner des fournitures directement dans les villages.

Jour 3 : Chugchillan-Quilotoa

Ça y est, dernier jour, on est remonté à bloc pour voir la lagune ! On démarre gentiment par une descente d’une vingtaine de minutes en admirant le volcan. Puis ça commence à monter …  je suis beaucoup moins motivée et je traîne des pieds, mais nous arrivons finalement au canyon. Et qui dit canyon dit grosse descente, mais aussi grosse montée derrière, et là je peux vous assurer que j’ai fait traîner la pose gâteaux indéfiniment ^^ Une fois que Charles a réussi à me remettre debout nous voilà à l’assaut de ce canyon, et après une petite chute sur les fesses nous sommes près à monter. Au bout de 20 minutes et une quantité de jurons plus tard, nous croisons un petit papi qui nous dépasse un courant … et là, je me dis que vraiment naître en Bretagne n’est pas d’une grande utilité quand il s’agit de grimper 😉

Après quelques minutes, nous voilà sur les flancs du Quilotoa, une dernière pose snack s’impose. Une petite chienne vient réclamer des câlins, mais au moment de partir elle attrape Charles à la jambe ! Plus de peur que de mal, il y a juste une petite égratignure mais Charles peste avant de réaliser que la chienne est sûrement maltraitée et a eu peur quand on a enfilé nos sacs. Remis nos émotions on fait les derniers mètres et là … récompense, la lagune est magnifique d’une couleur bleue incroyable. On en profite pour sortir la fin de fromage de la veille et pour le déguster en admirant le spectacle ! Puis nous repartons pour une petite heure le long de lagune pour arriver au village et prendre notre bus retour à Latacunga.

Attention : une fois sur la lagune ne suivez plus les panneaux de l’auberge, ils nous ont fait passer par une corniche glissante et on a dû faire demi-tour, prenez le chemin de Mapps.me

Ce trek aura une belle mise en jambe pour la suite de nos aventures au Pérou, et nous en aura mit pleins la vue ! Pour nous, c’est vraiment un incontournable de l’équateur accessible et avec un bon niveau de confort.

Infos utiles :

  • Hostel à Latacunga (où on a pu laisser nos affaires) : Old Hostel 11$ (10,2€) pour une chambre double avec salle de bain partagée
  • Bus Latacunga-Sigchos : 2$ (1,95€) par personne
  • Hostel à Insilivi : le Lulu Lama 44$ (39,1€) pour une chambre double avec salle de bain partagée, accès au jacuzzi dîner et petit-déjeuner inclus
  • Hostel à Chugchillan : le Cloud Forest 29$ (25,5€) pour une chambre double avec salle de bain privée, dîner et petit-déjeuner inclus
  • Bus Quilotoa-Latacunga : 4$ (4,2€) par personne

Pour nous aider, n'hésites pas à partager cet article !

Merci ;)

TAGS
POSTS RELATIFS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les Blog Trotteurs
En Tour Du Monde

Pour construire un meilleur monde demain, il est nécessaire de connaitre celui d'aujourd'hui. Il faut découvrir les défauts sur lesquels nous devrons tous travailler mais plus encore, il faut apprendre ses qualités et son histoire pour mieux les protéger. Alors est ce que la bonne solution ne serait d'aller y crapahuter ? Fais le avec nous sur ce blog ;)