Amérique du Sud Chili Destinations

L’ÎLE DE PÂQUES AVEC UN PETIT BUDGET

Par
le
14 avril 2019

L’île de pâques, la deuxième île de rêve de notre voyage après les Galapagos. On l’attendais avec impatience et maintenant on a juste qu’une envie c’est d’y retourner ! Alors, on vous emmène à la découverte des Moaï avec un petit budget 😉  

Le vol

Pour se rendre sur l’île de Pâques il n’y a pas trente six solutions : l’avion, le bateau de croisière ou la nage mais là ça devient carrément dangereux !

Dans notre article sur les Galapagos on vous avait déjà parler de notre légère aversion pour les bateaux de croisière du coup là aussi on a passé notre tour ^^ Pour ce qui est de la nage, j’ai dájà eu du mal à me remettre de notre trek au Choquequirao alors 3 600 km à la brasse depuis le Chili ne me tentait pas vraiment !

En avant donc pour l’avion

Pour rejoindre l’île de pâques en avion il y a deux possibilités :

  • Depuis Santiago, il y a un départ par jour avec la compagnie LAN, les prix peuvent aller de 350 à 600€.
  • Depuis Papeete, il y a un départ par semaine avec la compagnie LAN et un avec la compagnie Air Tahiti Nui, les prix peuvent aller de 500 à 800€.

Quand nous avons pris notre billet multi destination, nous avons demandé à Travel Nation de rajouter si possible un stop sur l’île de pâques. Résultat : une différence de 100€ par personne, autant vous dire qu’on a pas hésité une seconde !

L’hébergement

Après le vol, c’est l’autre gros poste de dépense d’un séjour sur l’île. La plupart des hôtels pratiquent des prix bien au dessus de ceux sur le continent (qui sont déjà élevés). Du coup, la solution pour les petits budgets c’est le camping, et là il y en un qui sort vraiment du lot celui de Minihoa !

Une vrai pépite, qui offre un magnifique coucher de soleil sur l’océan tous les soirs. Bref, on a adoré et on y reviendrait avec plaisir.

Pour réserver deux possibilités :

  • Via Booking où vous pouvez réserver un emplacement et l’équipement (tente, matelas, duvet) pour 22 000 CLP (29,7€) pour deux et par nuit
  • Via leur site internet où la vous pouvez réserver emplacement et équipement pour pratiquement le même prix, mais surtout vous pouvez juste réserver un emplacement et venir avec votre équipement pour 20 000 CLP (26,7€) pour deux et par nuit.

La nourriture

Comme sur beaucoup d’île, les denrées alimentaires sont importées et donc plus cher que sur le continent. Si vous arrivez depuis le Chili, bonne nouvelle vous pouvez faire vos courses avant le départ et tout mettre dans votre sac ! Conserve, riz, jambon, oeufs … aucune restriction ! On vous conseil vraiment de passer au supermarché avant de prendre l’avion car les prix sur l’île sont … exorbitants : plus d’un euros pour un oignon !

Par contre, si vous arrivez de Tahiti là c’est une autre histoire, c’est tolérance zéro et donc direction les petites boutiques de l’île.

Avec Charles, on s’est fait plaisir une fois pendant notre séjour en se permettant un petit restaurant. On y aller le midi pour profiter des offres, et on a trouvé un coin super sympa qui propose un “plateau” du midi avec une soupe miso, du thon mariné à la coco, du poulet teriyaki et une tarte au fruit de la passion (je suppose que le menu doit changer 😉 ).  

Petit repas qui fait plaisir

Info utile :

  • Le hani hani restaurant : Policarpo Toro

Les activités

Pour simplifier les entrées sur les différents sites de l’île, il existe un billet unique qui vous permet d’accéder à tous les Moaï ! Vous pouvez l’acheter dès la sortie de l’avion, ou à l’office dans le centre de Hanga Roa (la seule ville de l’île). Bon on avoue le prix pique un peu (beaucoup) : 52 000 CLP (70,7€) par personne, mais quand on voit l’état de conservation des sites ca vaut le coup.

Un fois le précieux sésame en poche en avant pour la découverte de l’île !

CARTE DE L’ÎLE

La petite balade tranquille (en bleu)

On est super excité de découvrir l’île, mais on se dit qu’on va commencer en douceur en allant au cratère du volcan Rano Kau et au village Orongo. On monte tranquillement sur les flancs du volcan au milieu des eucalyptus, en prenant des petites pauses pour profiter du paysage.

Arrivé en haut le cratère est incroyable, il offre une vue sur l’océan à couper le souffle. Il faut savoir que c’est une des dernières zones protégées de l’île qui grâce à son emplacement à permis à une flore endémique de se développer au sein même du cratère.

On continue, un peu pour arriver au village d’Orongo lieu du culte de l’homme oiseau. De l’homme quoi ?

Après avoir construit et vénéré pendant un certain temps les Moaï, les habitants pour une raison encore inconnu ont délaissé cette croyance, pour se tourner vers le culte de l’homme oiseau. Chaque année, se tenait une compétition entre les tribus de l’île pour élir le “chef” ou l’homme oiseau qui resterait au village d’Orongo pendant un an. Toutes les tribus de l’île envoyaient un compétiteur au village, qui devait descendre de la falaise (qui est sacrément haute), nager jusqu’à une île (quie st sacrément loin), et attendre que les sternes noirs (oiseaux migrateurs) arrivent, fassent un nid et pondent un oeuf. Le premier à avoir trouvé un oeuf, devenait l’homme oiseau !

Bref, sur place on découvre ce village, avec ses maisons basses, sa vue incroyable et le culte de l’homme oiseau. Pour éviter de refaire le même chemin, on longe le cratère puis on passe au milieu des vaches, avant de rejoindre la route. Après quelques minutes de stop, nous voilà assis sur un tas de bois direction le centre !

Le grand tour de l’île (en jaune)

Après avoir utiliser nos pieds, nous partons à la découverte de l’île … en quad ! Pas super écologique on sait mais l’option vélo était difficilement envisageable (en plus du fait que je ne sache pas pédaler), plusieurs personnes nous ont dit avoir eu du mal sur la route pas forcément super plate). On décide donc de louer un quad pour 24h, on le récupère vers 5h de l’après-midi, pour pouvoir partir tôt demain matin et profiter du lever du soleil …

Premières lueurs sur le Tongariki

Pour ce lever de soleil, on a choisi l’iconique site du Tongariki. Loin d’être original c’est l’endroit iconique de l’île. Une rangée de 15 moai, mesurant jusqu’à 10 mètres, et les lueurs violettes de l’aube … c’était un spectacle incroyable (tellement qu’un monsieur à profiter de l’endroit pour faire sa demande en mariage, ouf elle a dit oui). On rester profiter des lieux pendant une bonne heure, avant de retourner au camping pour prendre notre petit déjeuner.

Le long de la côte

Après avoir rempli nos estomacs nous voilà près à … affronter la pluie ! Le temps de rentrer et de manger quer le ciel s’était couvert de gros nuage gris. Heureusement il fait quand même chaud, alors on enfile nos veste de pluie et … en avant.

En longeant la côte, on rencontre plusieurs sites avec des Moaï, mais ils sont pratiquement tous au sol et cassé. En effet, entre certains explorateurs qui désiraient ramener un petit souvenir et des catastrophes naturelles, les moai de la côte n’ont pas résisté au temps. On quand même trouvé un charme à l’endroit, d’autant plus qu’avec la pluie nous étions seule.

La carrière de Rano Raraku

C’est sur le flanc du volcan Rano Raraku, que les habitants de l’île avaient décidé de fonder leur carrière de Moaï. Après un déjeuner à base de sandwich, en compagnie d’un couple de français d’une soixante d’année eux aussi en voyage longue durée, nous partons à la découverte de ce lieu hors du commun, encore une fois tout seul (merci la pluie). On se ballade au milieu des Moaï encore enfoui dans le sol, ou allongé sans vraiment comprendre pourquoi la carrière s’est arrété du jour au lendemain …

Si vous voulez tout savoir, la carrière n’a pas arrêté de fonctionner. Des experts pensent que les habitants ont “clôturé” cet endroit pour pas qu’il ne soit pas pillé. En effet, les statuts qui sont debouts ont été enterrées volontairement dans le sol, et n’avait donc pas vocation à être déplacées. De même, si l’on regarde de plus près les Moaï au sol qui ne sont pas finis, on se rend vite compte que leurs emplacements les rends interminables. Enfin, en prenant de la hauteur, on constate que ces statuts forment un cercle autour de la carrière, empêchant qui que ce soit de repartir avec une statue. Bref, selon la dernière théorie scientifique tout cela à été savamment pensé, cependant rien de ne prouve à 100% la véracité des faits ce qui donne au lieu et à l’île en général un aura mystérieuse 😉

Le sable blanc d’Anakena

LA plage polynésienne de l’île : sable blanc, eau turquoise et palmiers … le rêve ! Ca devait être l’instant détente de la journée, mais on vous avoue que vu comment nous étions trempé on est rentré au camping 😉

La grande balade (en marron)

On avait prévu de prendre la journée pour faire la vingtaine de kilomètre de cette boucle, mais le temps en a décidé autrement … Normalement, la balade vous permet de voir un super musée qu’on vous conseil mille fois de faire même si vous ne faite pas toute la boucle, des grottes avec vue mer , un autre volcan et une rangée de Moais (les seuls qui font face à l’océan). Pour nous, impossible de partir marcher vue les trombes d’eau qui tombaient. Mais, on a quand même eu la chance d’avoir une éclaircie juste avant de rendre le quad, on a donc filé voir le couché de soleil sur les Moaï qui regardent vers le large.

Autres activités

En plus des différents circuits, il y a beaucoup d’autres activités qui peuvent plus ou moins mériter le coup d’oeil.

On a longtemps hésité à faire la plongée sur l’île de Pâques car on peut y voir un Moaï immergé ce qui nous tentait beaucoup ! Mais, après des petites recherches, il s’avère que c’est un faux qui a été construit pour les besoins d’un film, puis coulé pour servir d’attraction. Du coup, on a préféré laisser tomber, même si sur place on a rencontrer des gens qui étaient supers contents de l’avoir fait.

Pour une manière plus écolo de découvrir l’île, il y a le cheval ! des randonnées à la journée ou demi-journée sont organisés et qui ont l’air incroyable.

Enfin, on vous conseil d’aller faire du snorkeling dans le port ! Alors oui dit comme ca, ca peut paraître déroutant mais l’eau y est super clair et est le terrain de jeu favoris des tortues de mer ! En une heure on a pu en voir une bonne dizaine, un vrai bonheur.

Budget

Pour terminer cet article, on vous fait un petit récapitulatif de notre budget pendant nos 6 jours sur l’île de Pâques. Nous avons donc dépensé 72,15€ par jour et pour deux personnes.

Bref, vous l’aurez compris l’île de Pâques ca a été un énorme coup de coeur et une manière magique de terminer nos 9 mois en Amérique du Sud. On aimerait vraiment beaucoup revenir pour profiter encore un peu de cet ambiance indescriptible qui règne sur l’île et qui a conquis nos coeur !

Pour nous aider, n'hésites pas à partager cet article !

Merci ;)

TAGS
POSTS RELATIFS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Les Blog Trotteurs
En Tour Du Monde

Pour construire un meilleur monde demain, il est nécessaire de connaitre celui d'aujourd'hui. Il faut découvrir les défauts sur lesquels nous devrons tous travailler mais plus encore, il faut apprendre ses qualités et son histoire pour mieux les protéger. Alors est ce que la bonne solution ne serait d'aller y crapahuter ? Fais le avec nous sur ce blog ;)